John Ndevasia Muafangejo

John Ndevasia Muafangejo

John Ndevasia Muafangejo est né du côté angolais de « l'Ovamboland » en 1943 et a grandi dans le traditionnel enclos africain de son père. Son enfance a été caractérisée par les traditions du peuple Kwanyama. Son père avait huit femmes et 18 enfants. John a passé une enfance heureuse à s'occuper du bétail et des chèvres avec ses frères, comme tous les garçons le faisaient à l'époque.

Après la mort de son père, sa mère a déménagé avec John, ses frères et sœurs dans sa famille de l'autre côté de la frontière, anciennement connue comme le Sud-Ouest Africain. À l'âge de 12 ans, il apprend à lire et à écrire, le seul membre de sa famille à le faire. Il restera très proche d'eux tout au long de sa vie. En 1985, il a déclaré: «Je suis le seul à être instruit, donc la responsabilité m'incombe principalement. Je ne peux plus aller à l'étranger, il n'y a pas d'argent. (Levinson 1992, p. 8).

À partir de 1957, John a fréquenté les écoles missionnaires d'Epinga et d'Onamunama, suivies de l'école missionnaire anglicane St Mary à Odiba où son talent artistique fut reconnu. En 1968, l'Église anglicane prend des dispositions pour qu’il entre à la célèbre “Rorke's Drift Art School” à Natal en Afrique du Sud. L'Association des arts de Namibie lui a accordé une bourse parrainée par la famille Behnsen et qui est toujours décernée aujourd'hui.

En 1969, le travail de John Muafangejo a été présenté pour la première fois lors d'expositions en Afrique du Sud et en Grande-Bretagne. L'année suivante, il fait sa première exposition en Namibie. De 1970 à 1977, il a enseigné l'art dans son ancienne école à Odiba et a également passé deux autres années à Rorke's Drift. En 1977, il s'installe à Windhoek. Il utilise pour son atelier une pièce mise à sa disposition par l'église anglicane du quartier d'Eros.

La projection internationale de Muafangejo a eu lieu dans les années 80 lorsqu'il a exposé au Commonwealth Institute de Londres. Le critique d'art Edward Lucie-Smith a qualifié ses linogravures comme "toujours les meilleurs parmi tous les modernes maîtres africains". (Levinson 1992, p. 16) Divers historiens ont exprimé la même opinion. Des invitations à d'autres expositions et des articles sur son travail ont suivi.

"Son éducation scolaire était plutôt limitée, mais néanmoins c'était une personne intéressante, très sensible, il réfléchissait profondément à divers sujets et les exprimait et les questionnait à travers son art." Dit Annaleen Eins, ancienne présidente et associée de longue date de “Arts Association”.

La plupart des linogravures de John Muafangejo sont autobiographiques. Ils contiennent souvent des informations ou même des commentaires lyriques et humoristiques. Son travail est reconnu pour sa qualité graphique et son expression artistique authentique. Artiste reconnu de son vivant, il dit lui-même que les thèmes de son travail reflètent ses émotions et ses expériences. Il s'est également inspiré des nouvelles radiophoniques, de sa religiosité, des poèmes et de la musique traditionnelle.

Dans une interview peu avant sa mort, il a déclaré : « Mes thèmes, je fais des rêves, je regarde autour de moi et lis le journal... quand je rêve je rêve de quelque chose [en particulier] et puis le lendemain je commence immédiatement avant que j'oublie. C'est ce que je veux dire - je rêve ces images.

John Muafangejo est mort d'une crise cardiaque en 1987 à l'âge de 45 ans. Il avait désiré l'indépendance de la Namibie mais n'a pas vécu pour la voir se produire. L’un de ses souhaits les plus chers se réalise cependant un an après sa mort. Le centre d'art John Muafangejo fut ouvert. Il propose des cours d'art pour les artistes en herbe issus de milieux défavorisés. Le projet est une réussite. Son héritage reste omniprésent en Namibie aujourd'hui.

«Il avait beaucoup de profondeur et ses propres combats, mais il avait une façon incroyable de regarder le monde. Très honnête. Presque enfantin. Sans prétention et authentique », note la spécialiste en marketing Chrisna Basson Wessels. Wessels a voulu mieux faire connaître John Muafengejo. Et donc, naturellement, elle a créé cette gamme de Livres, T-shirts & sac fourre-tout, pour que la voix de cette légende ne s'éteigne jamais.

Une autre Namibienne, qui honore l'œuvre de Maufangejo, Lize Ehlers, déclare : « C'était un génie. John Muafangejo a mis la Namibie sur la carte avec ses linogravures vives et son art est une représentation de classe mondiale de la brillance. Il restera l'un des plus grands artistes visuels de la Namibie ». Elle salue fièrement son travail avec le CD "I am John", une célébration de sa vie en chanson - un témoignage de la créativité et de la communauté namibienne.

Ecrit par: Christiaan Jacobie & Marlene Orffer

Lire la suite

How small things bring big joy: flowering stones

Comment les petites choses dans la vie apportent beaucoup de bonheur : les pierres fleuries

Namibia Cam – a waterhole in the spotlight

Namibie Cam – lumière sur un point d’eau

Gondwana – it’s in the art of telling stories.

Gondwana - c'est dans l'art de raconter des contes.

commentaires

Soyez le premier à commenter.
Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.